Genève

Tout travail mérite salaire

La Justice condamne un employeur qui avait profité de l’inexpérience d’une personne étrangère pour la faire travailler à bien plaire. Un jugement inédit.
Tout travail mérite salaire 1
Au bénéfice d’un permis F, admis provisoirement,Souleymane est engagé pour effectuer des nettoyages dans des restaurants McDonald’s genevois. Photo prétexte. Keystone
Justice

Recruter de la main-d’œuvre gratuite dans des foyers de requérants d’asile, voilà le bon filon qu’avait cru trouver le gérant de Top Clean, une entreprise de nettoyage qui a depuis fait faillite. Mais la Chambre pénale d’appel et de révision a fait déchanter l’employeur peu scrupuleux: le 2 avril, après quatre ans de procédure, il est finalement reconnu coupable d’usure. La justice a estimé qu’il avait profité de la précarité

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion