Livres

Poèmes, et la langue se sucre au passage

Dans Sucres, son premier recueil poétique, le Fribourgeois saupoudre de nostalgie des vers narratifs qui marient l’intime au sidéral.
Poèmes, et la langue se sucre au passage
Mathieu Corpataux. NICO
Recueil

La réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste? Le nombre 42, comme le sait chaque millénial vaguement geek. Alors on ne s’étonne pas que le premier recueil de Matthieu Corpataux comporte tout autant de poèmes, d’autant qu’il a été imprimé un 21 février, jour anniversaire du poète Raymond Queneau versé lui aussi dans l’arithmétique. Ceci pour dire l’esprit joueur et de soigneuse fraîcheur dont relève Sucres, ouvrage

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion