Suisse

Liberté de la presse malmenée

L’état-major de crise tessinois a empiété sur la liberté d’action des journalistes et a dû reculer.
Liberté de la presse malmenée
Matteo Cocchi, commandant de la police tessinoise, et à ce titre chef de la cellule de crise de ce canton. KEYSTONE
Tessin

Une collaboration particulièrement étroite entre la radio-télévision de la Suisse italiennne (RSI) et l’état-major cantonal de conduite (SMCC, la cellule de crise coronavirus) au Tessin soulève de nombreuses critiques au sud et au nord des Alpes, notamment dans l’hebdomadaire tesssinois Il Caffè et dans le magazine spécialisé Medienwoche. En mars 2019, un contrat était signé entre la RSI et le Département des institutions du canton du Tessin prévoyant qu’en cas

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion