Livres

George Steiner et l’enfer vert

George Steiner imagine la capture d’Hitler par un commando israélien 
au fin fond de l’Amazonie. Aussi brillant que vertigineux.
L’enfer vert
La jungle, métaphore de la souffrance: le commando s’enfonce au cœur de l’enfer vert pour y extirper le mal absolu. DR
Réédition

Adolf Hitler n’est pas mort en 1945 à Berlin. Il ne s’est pas suicidé dans son bunker. Une trentaine d’années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Emmanuel Lieber, survivant de la Shoah, a retrouvé sa trace dans la jungle amazonienne. Il envoie un commando de cinq hommes le dénicher pour le ramener dans le monde civilisé et le juger. A partir de cette trame, George Steiner signe un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion