Musique

Hommage à Manu Dibango, l’homme-souffle

L’écrivain Eugène Ebodé, ­collaborateur régulier des pages littérature du Courrier, salue le musicien, décédé mardi des suites du coronavirus.
Hommage à Manu Dibango, l'homme souffle
Manu Dibango en 2013. KEYSTONE/ARCHIVES
Carnet noir

Il est triste de dire au revoir à un géant! Manu Dibango est donc parti, lui, le long, longiligne et vibrant humain dont le prolongement naturel était le saxophone. C’était son stylo à lui, son micro, son crayon, son transistor en forme de «S» incliné qui lui a servi de porte-voix, de porte-son, de porte-plume, de ventre fécond, de porte ouverte au meilleur des langages parmi les humains dont il

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion