International

«Nous sommes abandonnés»

Les maisons de retraite paient un lourd tribut à la pandémie qui frappe violemment l’Espagne.
«Nous sommes abandonnés» 1
Monte Hermoso a été la première des maisons de retraite à donner l’alerte en Espagne. KEYSTONE
Espagne

Impossible d’accéder dans la maison de retraite Casasolar, un immeuble moderne situé près du Paseo de la Florida et de la rivière Manzanares, dans un Madrid récemment réaménagé: «On ne laisse entrer personne, désolé!», nous dit-on à l’hygiaphone.

Ce matin-là, on peut cependant voir des assistants sanitaires s’en extraire, comme s’ils fuyaient, à toute vitesse. L’un d’eux, un quadragénaire à l’air apeuré, laisse échapper: «C’est une situation de fou. Les assistants, nous nous en allons les uns après les autres, car nous n’avons pas de matériel de protection, ni masques ni gants. Et les seniors, eux, restent tout seuls, livrés à leur sort.»

«Mon père va mourir ici»

Au téléphone, la directrice Tamara est au bord de la crise de nerfs, ayant décidé de rester dormir sur place ces dernières nuits: «Nous sommes totalement abandonnés par la Santé publique, les hôpitaux, les aides extérieures. Je ne sais pas comment on va s’en sortir!» Ici, pour obtenir des renforts, on a essayé d’avertir la Fondation Jimenez Diaz, un grand hôpital voisin bien équipé, mais personne n’est venu à ce jour leur prêter main forte.

Dans cette maison de retraite hébergeant une centaine de pensionnaires, six personnes âgées ont été détectées jeudi avec les symptômes typiques du coronavirus, toux sèche et fièvre. Ils ont beau avoir été isolés, ils étaient 27 contaminés hier matin. «Et cela va continuer à coup sûr, dit un infirmier par téléphone à l’intérieur. Nous n’avons aucun moyen de freiner la contagion. On a tiré la sonnette d’alarme au Ministère régional de la santé, et ils nous disent qu’ils ne peuvent rien faire et que les hôpitaux de la ville sont débordés!»

Nuria Vaquero, une maîtresse d’école dont le père âgé de 79 ans et avec la maladie d’Alzheimer se trouve dans Casasolar avec des symptômes avancés, ne se fait pas d’illusion: «Je sais déjà que mon papa va mourir ici, et que je ne pourrai pas le voir pour un dernier adieu. Mais ce qui me fend le plus le cœur, c’est que lui et les autres ne sont plus pris en charge, ou si peu. Lorsque son état sera plus grave, il y a de fortes chances qu’il ne soit pas intubé et qu’on ne lui administre pas de sédatifs pour qu’au moins sa mort ne soit pas douloureuse.»

Dans un pays parmi les plus touchés dans le monde par le vieillissement de la population (une personne sur cinq a plus de 65 ans, contre une sur dix il y a 40 ans), la tragédie s’abat sur les maisons de retraites qui hébergent 375 000 pensionnaires et emploient 175 000 «sanitaires». Tout particulièrement à Madrid, qui enregistrait hier 62% du millier de décès nationaux dus au Covid-19.

A la vitesse de l’éclair

L’alerte avait tout d’abord été donnée mercredi dernier, lorsque la direction de la residencia (maison de retraite) Monte Hermoso parlait de 19 victimes et 75 personnes contaminées sur 130 dans son centre. Depuis, les autorités régionales ont tenté de minimiser l’effet domino dans les différentes maisons de retraite où les patients présentent des symptômes.

Hier, finalement, elles ont admis que la propagation est en train de se produire à la vitesse de l’éclair. Sur 455, au moins 61 centres seraient infectés par le coronavirus. Le quotidien El Pais a calculé qu’il y avait déjà eu une centaine de morts, cinquante en seulement deux jours, tout en indiquant que le bilan réel pourrait être bien supérieur car les dépistages ne se font pas.

Les faits du jour

Plus de 900 millions de personnes doivent rester chez eux pour éviter de contracter le virus. Ce dernier a déjà contaminé plus de 300 000 personnes dans 171 pays, dont la moitié en Europe. Plus de 14 396 personnes ont perdu la vie, dont plus de 7500 sur le Vieux continent (5500 en Italie) jusqu’à hier soir.

France » Le Parlement français a adopté définitivement hier soir, par un ultime vote de l’Assemblée, le projet de loi permettant l’instauration d’un «état d’urgence sanitaire» de deux mois face à l’épidémie du coronavirus.

Allemagne » L’Allemagne prend des mesures: la chancelière Angela Merkel – qui a dû se mettre en quarantaine pour avoir côtoyé un médecin testé positif – a annoncé hier l’interdiction des rassemblements de plus de deux personnes dans l’espace public. La mesure durera «au moins deux semaines», précise-t-elle. Les restaurants et les salons de coiffure, entre autres, seront fermés.

Amérique » Alors qu’aux Etats-Unis, environ 30% de la population est placée en confinement, l’Amérique latine s’y résout à son tour: après le Venezuela, l’Argentine et le Salvador, la Bolivie a suivi hier.

Chine » La Chine a fait état hier de 46 nouvelles infections. Des cas officiellement «importés», certes, pour 45 d’entre eux. ATS/AFP

 

Cet article est paru dans La Liberté.

International François Musseau Espagne

Connexion