Musique

A Londres, le jazz d’après

Au carrefour des influences, la capitale anglaise réinvente le genre en pulsations composites qui le rappellent à sa liberté d’avant le confinement. On s’y plonge.
A Londres, le jazz d’après
Dans l’antre du Total Refreshment Center, épicentre d’un autre jazz. DR
Jazz

Ils s’en excusent presque, comme d’une heureuse méprise. «Nous ne sommes pas de Londres mais de Manchester», rient les kids du haut de cette affiche sur laquelle trône le slogan renversant: Calling London. En février dernier, sur la scène du festival Nova Jazz d’Yverdon, le trio Go Go Penguin était venu déployer son électro-groove instrumental en fer de lance d’un nouveau jazz qui fait la Manche – qu’importait alors son

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion