Lecteurs

Mesure injustifiée

Nathalie Szabó réagit à une mesure prise récemment par le Conseil fédéral.
Santé

Le 28 février 2020, le Conseil fédéral a décidé d’interdire tous les rassemblements de plus de 1000 personnes dans notre pays, en raison du coronavirus. C’est une décision politique grave, une première dans notre Etat de droit. Un danger sanitaire majeur doit donc guetter notre population pour qu’on porte une telle atteinte à nos libertés individuelles. Une nouvelle épidémie de peste bubonique serait-elle aux portes de notre pays? Une maladie contagieuse qui décime tout sur son passage? Non, nous parlons du coronavirus: une espèce de grosse grippe qui a tué plusieurs personnes en Europe à ce jour, depuis le début de l’épidémie il y a quelques mois.

Bien sûr, c’est quelques personnes de trop. Mais n’oublions pas que, chaque année, la grippe est responsable de 60 000 décès en Europe (chiffres de l’OMS) dont quelques centaines de personnes en Suisse. A-t-on jamais pensé à isoler les populations pour autant? A interdire les rassemblements? Bien sûr que non. Et pourtant il s’agit d’épidémies bien plus importantes et graves. Si nos autorités pensent réellement qu’il s’agit aujourd’hui avec le coronavirus d’une situation sanitaire qui nécessite d’interdire les rassemblements supérieurs à 1000 personnes, alors il faut être cohérent et également fermer les aéroports, les grandes gares de Suisse, les grands centres commerciaux et les entreprises qui emploient plus de 1000 personnes (mais d’ailleurs quelle peut bien être la raison médicale expliquant ce chiffre fatidique de 1000 personnes?).

Et s’il n’y pas de raison sanitaire majeure, alors comment justifier une telle atteinte à nos libertés fondamentales? Pourquoi priver les enfants de ce carnaval qu’ils attendaient avec tant d’impatience, pourquoi interdire cette messe à la cathédrale de Genève, tous ces concerts et manifestations sportives ou culturelles, le Salon de l’auto, la foire horlogère et les autres manifestations qui font partie de l’attrait de notre ville? Qui va payer pour tout cela? Les entreprises concernées, arbitrairement mises dans l’embarras financier? La population avec nos impôts? Cet argent n’aurait-il pas pu être dépensé plus utilement? Si le Conseil fédéral souhaitait vraiment protéger la population, il aurait pu commencer par distribuer des masques respiratoires gratuitement à toute la population. Parce qu’il ne faut pas oublier – même si nous vivons à l’époque de la pléthore d’informations chocs – que cette maladie contagieuse, tout comme d’autres dont la grippe saisonnière, se prévient bien par des mesures simples: se laver les mains, éviter de s’approcher de trop près et de postillonner sur nos voisins en cas de symptômes, porter des masques si l’on est malade, et éviter de se rendre dans des lieux publics. Puisque ces maladies touchent les personnes les plus faibles au sein de la population, on peut aussi améliorer les capacités de notre système immunitaire avec une bonne hygiène de vie: en se nourrissant sainement, en évitant de fumer et en prenant en hiver des suppléments de vitamine C par exemple. Mais il semblerait qu’une mesure choc comme tenter d’éviter les rassemblements de population soit plus visible: notre gouvernement souhaite-t-il montrer qu’il est capable de faire aussi bien que les Chinois? La prochaine étape sera de construire un hôpital en moins de quinze jours, et là il y aura encore bien du chemin à faire pour y arriver…

Dre Nathalie Szabó,
Carouge

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Santé

Connexion