Livres

Désespoir dans les veines

Dans Presque vivants, Guillaume Favre brosse le portrait de deux frères, explorant deux addictions implacables et plus ou moins sournoises, la drogue et le travai.
Désespoir dans les veines
Roman

Il y a vingt-cinq ans, à Zurich, la police évacuait le Letten: trois ans après la fermeture du Platzpitz, le 14 février 1995 marquait la fin des scènes ouvertes de la drogue où précarité, criminalité et drames sanitaires s’affichaient dans une violence nue qui a marqué les esprits. Guillaume Favre avait 16 ans. Il a vu sombrer les frères aînés de certains de ses camarades de Saint-Maurice, en Valais. Dans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion