Livres

«Diabolique» genevoise

Pierre Béguin raconte la cavale de Josette Bauer, qui défraya la chronique dans les années 1960 et fascina Truman Capote.
«Diabolique» genevoise
Josette Bauer lors de son procès devant les Assises à Genève en 1961. ASL
Roman

«N’achetez pas son livre, à cette vieille sorcière!» On est en 2001, au Salon du livre de Genève, quand une dame respectable laisse éclater sa haine face à celle qu’elle traite encore de «sale putain». Sa cible? Une femme âgée, menue, seule devant sa pile de livres à dédicacer, les yeux vifs et mobiles derrière de petites lunettes. «Un tel regard ne peut être celui d’une femme ordinaire», note Pierre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion