Vaud

L’illusion d’une présidence sans risque

Les partis vaudois se demandent comment faire pour éviter une nouvelle affaire Yves Ravenel.
L’illusion d’une présidence sans risque
A la suite du retrait d’Yves Ravenel, la socialiste Sonya Butera exercera la charge présidentielle ad interim. KEYSTONE
Grand Conseil vaudois

Au lendemain de la démission du président du Grand Conseil vaudois Yves Ravenel, les partis politiques s’interrogent. Comment éviter à l’avenir une telle mésaventure, dommageable pour la fonction et les institutions? Le PLR suggère une sorte de Commission d’éthique. La décision d’Yves Ravenel a bien été prise lundi soir (notre édition d’hier). Il s’est beaucoup entouré durant cette semaine pour réfléchir, sans que l’UDC Suisse intervienne, a certifié hier matin

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion