Cinéma

Mirages algériens dans le Sahara

Amin Sidi-Boumédiène exorcise le traumatisme de la guerre civile dans Abou Leila, un road movie halluciné.
Mirages algériens dans le Sahara
OUTSIDE THE BOX
Film

Présenté l’an dernier sur la Croisette (à la Semaine de la critique), puis au Festival international du film fantastique de Neuchâtel (dans la section Films of the Third Kind), Abou Leila a suivi le même parcours que Bacurau ou Le Daim. Pas étonnant, puisque ces œuvres très différentes ont en commun leur caractère inclassable, audacieux et déroutant. Le premier long métrage du cinéaste algérien Amin Sidi-Boumédiène mérite en effet l’étiquette

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion