Musique

Blue Note, un sillon de liberté

Fondé il y a 80 ans, le label a forgé sa légende en épousant les soubresauts de la modernité jazz.
Blue Note, un sillon de liberté 1
Herbie Hancock photographié par Frank Wolff lors de la séance pour l’album Oblique de Bobby Hutcherson, le 21 juillet 1967. Mosaic Images
Musique

Ils venaient d’ailleurs, ils ont changé le jazz. En 1939, deux juifs allemands émigrés aux Etats-Unis fondent à New York l’un des premiers labels indépendants consacrés à la note bleue: Blue Note Records. Alfred Lion avait le flair, son ami d’enfance Frank Wolff avait l’œil. En enregistrant sur bandes et pellicules les plus fiers aventuriers de la modernité, ils graveront la mémoire des musiques improvisées. C’est une histoire très américaine,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion