Scène

Une misanthrope critique d’art féroce

Huit interprètes de l’ensemble du Poche livrent une version caustique et drôle du Misanthrope ­transformé en blogueuse avec Fraülein Agnès de Rebekka Kricheldorf. Brillant.
Une misanthrope critique d’art féroce
Léa Pohlhammer, en misanthrope, crache sur tout le monde et débine les artistes sur son blog de critique d’art. Samuel Rubio
Théâtre

Molière aurait sans doute reconnu sa propre diatribe contre l’hypocrisie de son époque dans l’adaptation de son Misanthrope par la dramaturge Rebekka Kricheldorf. Le pendant moderne d’Alceste, Fraülein Agnès, est donc ici incarné par une femme, écrit par une femme et mis en scène par une femme. Les problématiques féministes infusent dans l’œuvre mordante d’une auteure qui signe son retour au Poche. Mais surtout, du XVIIe siècle à aujourd’hui, le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion