Neuchâtel

Reconsidérer la mobilité environnementale

Suzy Blondin, doctorante à l’université de Neuchâtel, balaie le fantasme d’une invasion de réfugiés climatiques.
Reconsidérer la mobilité environnementale
Des réfugiés du Moyen-Orient à la frontière serbo-croate, en septembre 2015. KEYSTONE/PHOTO PRÉTEXTE
Crise climatique

Un collectif de chercheurs a publié mardi dans la revue Nature un article qui tord le cou aux mythes qui entourent les migrations dites «climatiques». Deux chercheurs de l’Institut de géographie de l’université de Neuchâtel, Etienne Piguet et Suzy Blondin, l’ont cosigné. Cette dernière, qui prépare une thèse sur les mobilités liées aux changements environnementaux au Tadjikistan, nous explique pourquoi elle déplore que le débat migratoire se focalise sur les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion