International

Colère contre la classe politique au Liban

Confronté à une mobilisation populaire sans précédent, le gouvernement libanais tente de reprendre la main lundi en s’attelant à des réformes. Mais sa tâche s’annonce ardue tant la colère est grande contre une classe politique qui a laissé couler le pays.
Colère contre la classe politique au Liban
Des militants libanais nettoient les rues après une quatrième journée de manifestations dans le centre de Beyrouth, au Liban.
Liban

Alors que les rues du Liban résonnent depuis cinq jours des chants des manifestants exprimant leur ras-le-bol dans un élan d’unité jamais vu, un conseil des ministres extraordinaire a débuté en présence du Premier ministre Saad Hariri et du président Michel Aoun. L’objectif, selon la presse libanaise, est de susciter un “choc” en promettant la mise en oeuvre de réformes rendues impossibles durant des années par les divisions et les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion