Histoire

La transpolaire, ultime folie de Staline

Une mission russo-romande est allée sur les traces de la «Voie morte» construite par le Goulag en Sibérie.
La transpolaire, ultime folie de Staline
La «Voie morte» construite dans le nord de la Sibérie par des milliers de détenus du Goulag, dans des conditions souvent terribles et au prix de nombreuses victimes, a été investiguée cet été par un groupe d’étudiants romands et russes. UNI ARCTIC/EPFL
Union soviétique

Ce pourrait être une métaphore du peuple russe, sans cesse déplacé, déporté, voué à une existence éphémère. Il y a 70 ans, Joseph Staline a chargé l’organisation du Goulag, qui dirigeait les camps de travail soviétiques, de construire une voie ferrée de 1000 km dans le Nord sibérien. Un projet jamais achevé, aussi titanesque que vain. Cet été, des étudiants romands et russes sont partis sur les traces de cette

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion