International

Le vert qui ne voit pas la vie en rose

Le Belge Philippe Lamberts copréside le groupe des écologistes au Parlement européen. Portrait.
Le vert qui ne voit pas la vie en rose
Philippe Lamberts a pris la difficile succession du Franco-­Allemand Daniel Cohn-Bendit. Il copréside depuis 2014 le groupe des Verts au Parlement européen. WIKIPEDIA/EUROPEAN PARLIAMENT/CC 2.0
Union européenne

C’est une promesse de «green deal» censé verdir toutes les politiques de l’UE qu’a faite Ursula von der Leyen, qui est censée prendre la présidence de la Commission européenne le 1er novembre. Une échéance sans doute un peu trop ambitieuse tant que les membres de l’équipe dont elle souhaite s’entourer n’auront pas fini d’être mis sur le gril et adoubés par les eurodéputés. Et la promesse de «green deal» devrait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion