Journal vidéo d’un schizophrène
Nathan ­Hofstetter, schizophrène et surtout ­cinéaste. ­OUTSIDE THE BOX
Cinéma

Journal vidéo d’un schizophrène

Pas si fou, Nathan Hofstetter a su apprivoiser une maladie aliénante. Le jeune réalisateur raconte son retour à la vie dans Loulou, un bel essai documentaire.
Documentaire

«Les fous sont les explorateurs malchanceux de l’invisible.» La formule lui parle, alors Nathan Hofstetter se l’approprie au début du film. Diagnostiqué schizophrène paranoïde, ce jeune Neuchâtelois est par ailleurs cinéaste, diplômé de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (Ecal) et déjà réalisateur de deux courts sélectionnés au Festival de Locarno. Serait-ce là le projet de son premier long métrage: filmer la maladie «invisible» dont il souffre? Pas vraiment, et tant

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion