Genève

L’Université bride les déplacements en avion

Dès la rentrée 2020, il sera interdit de prendre l’avion pour des destinations accessibles en train en moins de quatre heures. Objectif: réduire de 50% les émissions de CO2 dues aux transports aériens à l’horizon 2030.
L’Université bride les déplacements en avion
L'Université de Genève veut réduire de 50% ses émissions de CO2 dues aux déplacements professionnels en avion d'ici à 2030. KEYSTONE/PHOTO PRÉTEXTE
Climat

L’Université de Genève vise une diminution de 50% de ses émissions de CO2 dues aux transports aériens à l’horizon 2030. Elle veut s’inscrire dans une politique de réduction de ses émissions compatible avec un maintien du réchauffement global au-dessous des 2 degrés, telle que préconisée par la communauté scientifique internationale. En 2018, 1800 personnes ont effectué 4262 voyages. «Nous estimons que cela correspond à 6500 tonnes en équivalent CO2 émis»,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion