Nature et croyance: un regain d’intérêt

Même si les grandes religions ont vu le jour à une époque où l’humanité n’avait pas l’impact destructeur sur la planète qu’elle a aujourd’hui, elles ont néanmoins tardé à prendre au sérieux les dégradations environnementales. Comme le relève le philosophe de la nature John Baird Callicott, elles partagent une ambivalence vis-à-vis de la nature, à l’exception du chamanisme et du taoïsme. Citons deux composantes problématiques du christianisme: la lutte contre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion