Suisse

Voyage médical en Absurdistan

Les médecins suisses doivent prouver leurs compétences linguistiques au même titre que les étrangers.
Voyage médical en Absurdistan
Pour pouvoir communiquer avec son patient, le praticien doit bien parler sa langue. KEYSTONE/Christian Beutler
Langues

Le médecin glaronais Ulrich Nägeli a trouvé la ­formule qui fait mouche pour qualifier ses démêlés avec la bureaucratie. Il évoque une «querelle linguistique en Absurdistan». Appelé à faire un remplacement de dix jours au Tessin en 2018, il raconte dans le Bulletin des médecins suisses comment il a sué sang et eau pour faire reconnaître ses compétences linguistiques en italien alors qu’il a travaillé plusieurs années au Tessin par

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion