Lecteurs

Contre-projet inexistant

Maxime Prevedello relève l’irresponsabilité de certains parlementaires face à la problématique des pesticides.
Pollution

Il semblerait que les initiatives contre les pesticides et pour une eau potable «c’est hostile à l’économie», selon les propos de Markus Ritter, le conseiller national PDC (SG) et président de l’Union Suisse des Paysans (USP)…

Au fait, qu’est-ce qui est précisément hostile à l’économie? Que les industriels fabricants de pesticides ne puissent plus se défaire de leur poison? Que nous utilisions des produits toxiques pour surexploiter les sols au détriment de notre descendance, avant que cela ne devienne si grave que les pollueurs devront finalement payer pour l’assainissement des sols?

Les citoyens devront donc d’abord approuver des initiatives qui vont évidemment au-delà des limites, avant que les responsables ne cherchent une solution raisonnable et réalisable à ce problème environnemental manifeste.

Quelle nouvelle preuve d’indigence de l’aile droite de ce parlement, ces messieurs-dames du PLR, UDC et PDC ne sont même pas capables d’un contre-projet raisonnable et préfèrent attendre sur les professionnels du rattrapage, les papas et mamans conseillers fédéraux! Il faudra s’en souvenir lors des prochaines élections fédérales!

Maxime Prevedello,
Secrétaire de la Fédération des sociétés de pêche genevoises FSPG

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Pollution

Connexion