International

Les restes de la colère

Quatre ans après de graves émeutes, Baltimore incarne la déception du mouvement Black Lives Matter.
Les restes de la colère
Le souvenir de Freddie Gray (tué en 2015 par la police) et du combat des Noirs ­américains s’inscrit ­désormais sur les murs des quartiers déshérités de Baltimore. KEYSTONE
États-Unis

«Il avait 41 ans et a été tué de plusieurs coups de feu.» C’est en quelques mots que les médias de Baltimore ont annoncé, jeudi dernier, l’assassinat d’un homme en pleine rue au nord-est de la ville. Un nom de plus sur une statistique hallucinante: à Baltimore, une personne est tuée en moyenne toutes les 19 heures. Ce niveau de violence extrême s’ajoute à tous les fléaux qui affligent les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion