Suisse

Des pauvres au rancart

L’historienne Christel Gumy explique comment on est arrivé à interner des gens n’ayant commis aucun délit.
Des pauvres au rancart
Un groupe de «vieux colons» aux Etablissements de Bellechasse, vers 1926. PÉNITENCIER CANTONAL DE BELLECHASSE
Internement administratif

L’internement administratif de dizaines de milliers personnes s’étalant sur plus d’un siècle constitue l’une des pages sombres de l’histoire suisse. Alors que les victimes encore vivantes sont en train d’être indemnisées, une commission indépendante d’experts tente de faire la lumière sur des pratiques que d’aucuns préféreraient oublier. Quatre volumes de travaux ont été publiés ce lundi, cinq autres suivront d’ici l’été. Historienne et directrice de recherche au sein de cette

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion