Genève

L’épuisement des instituteurs face à la violence

La Société pédagogique genevoise s’inquiète de l’épuisement d’enseignants confrontés à des élèves violents ou à des classes surchargées.
L’épuisement des instituteurs face à la violence 1
Francesca Marchesini, présidente de la Société pédagogique genevoise (SPG) et Frédéric Hildbrand, vice-président de la SPG. DR
Ecole primaire

«Enormément d’enseignants en souffrance m’appellent, car ils n’arrivent plus à travailler», déclare Francesca Marchesini, présidente de la Société pédagogique genevoise (SPG). «C’est l’incendie. Ici on récolte tous les cas explosifs, c’est au-delà du gérable», complète le vice-président, Frédéric Hildbrand. Violence entre élèves et contre les enseignants, relations tendues avec des parents et classes surchargées ­figurent parmi les causes de cet ­épuisement. Des exemples? «Un élève qui vide le tube de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion