Un chemin de croix judiciaire

Un jugement devant la justice civile, trois au pénal: le combat interminable contre Bayer-Monsanto doit encore passer par une procédure en indemnisation.

Lorsqu’il ouvre sa cuve d’épandage au matin du 27 avril 2004 sur son exploitation de Bernac, Paul François reçoit une vapeur très toxique au visage, du monochlorobenzène entrant dans la composition de l’herbicide Lasso. Il ressent une forte chaleur dans tout le corps et fait un malaise. Sa femme, infirmière de métier, a le bon réflexe. Elle appelle l’associé de son mari pour lui demander quel produit a pu l’intoxiquer. A

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion