Lecteurs

Pourquoi nous faut-il trois réseaux 5G?

Pascal Peduzzi se pose quelques questions sur la mise en place de la 5G en Suisse.
Téléphonie

La 5G est contestée dans plusieurs cantons de Suisse romande; en cause, la Confédération qui a vendu les trois concessions sans attendre les conclusions du rapport sur les impacts de l’électro-smog généré par cette nouvelle technologie. Inutile de se poser la question si nous avons besoin de la 5G. Quand elle sera là, les développeurs d’applications nous la rendrons rapidement indispensable et les commerces seront trop contents que les 11 millions de téléphones portables en Suisse soient devenus obsolètes. La question que je me pose surtout c’est: pourquoi installer trois réseaux de 5G? Sachant que trois réseaux vont multiplier les coûts d’installation et les rayonnements par trois.

Je sais bien que nous avons trois réseaux 4G, mais est-ce obligatoire? Nous n’avons pas trois réseaux de canalisation pour l’eau, pour les égouts, pour le gaz, ni trois réseaux pour l’électricité. Alors pourquoi ne peut-on pas faire un seul réseau 5G que se partageraient les ­opérateurs?

La réponse qui m’a été donnée, c’est qu’il nous faut de la concurrence pour faire baisser les prix. Je peine à comprendre comment le fait d’avoir à installer trois fois plus d’émetteurs va pouvoir réduire les coûts et surtout nous sommes à certains endroits déjà traversés par des valeurs maximales d’électro-smog autorisées par la législation. Les opérateurs espèrent faire «évoluer» la législation. Traduire: adapter les valeurs limites à l’économie plutôt que d’adapter la technologie à notre santé.

Pour éviter de transformer nos villes en micro-ondes, ne pourrions nous pas nous contenter d’un seul réseau 5G et donc de diviser les coûts et les rayonnements par trois?

Pascal Peduzzi, Bardonnex, (GE)

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Téléphonie

Connexion