Autant en emporte le capitalisme
Alors que le narcotrafic les a rendus riches, Rapayet (José Acosta) et sa belle-mère Úrsula (Carmiña Martínez) entraînent leur famille dans une guerre des clans. TRIGON-FILM
Cinéma

Autant en emporte le capitalisme

Avec Les Oiseaux de passage, le cinéaste colombien Ciro Guerra s’empare du film de gangsters, abordé sous un angle inédit, pour raconter les ravages du narcotrafic dans une communauté indigène. Entretien.
Film

Ciro Guerra s’est imposé avec L’Etreinte du serpent, primé à la Quinzaine cannoise en 2015. Un périple halluciné dans la jungle amazonienne, sur les pas d’un chamane escortant deux explorateurs à trente ans d’écart. Dans Les Oiseaux de passage, réalisé avec sa femme Cris­tina Gallego, le cinéaste colombien s’intéresse à un épisode historique méconnu: la bonanza marimbera, soit le boom du trafic de marijuana dans la péninsule désertique de la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion