Genève

Affaire Ramadan: droit d’être entendu bafoué

Le Tribunal fédéral a donné raison à l’islamologue genevois Tariq Ramadan, qui veut pouvoir répondre à la décision d’une plaignante d’autoriser son avocat à s’exprimer dans les médias.
Droit d’être entendu bafoué
A fin juin 2018, l’islamologue s’est plaint au Ministère public genevois des interventions dans la presse du conseil de la plaignante. KEYSTONE/ARCHIVES
Affaire Ramadan

Sous le coup d’une plainte en Suisse pour contrainte sexuelle et viol notamment, Tariq Ramadan remporte un succès d’étape dans la procédure visant à imposer le silence à l’avocat d’une accusatrice. Selon le Tribunal fédéral, son droit à être entendu a été bafoué. A fin juin 2018, l’islamologue s’est plaint au Ministère public genevois des interventions dans la presse du conseil de la plaignante. Il a demandé qu’il soit ordonné

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion