Scène

Crise grecque et dépression

Anna Lemonaki ré­invente la tragédie grecque à Saint-Gervais dans une adaptation de Lena Kitsopoulou. PETULA bye bye brise totalement le quatrième mur, mais on reste un peu sur sa faim.
Crise grecque et dépression
Anna Lemonaki, jeune comédienne grecque installée à Genève, s’empare de ce texte cru et réécrit la fin pour en livrer sa version. ALVARO ROMERO
Théâtre

PETULA n’est pas un prénom, plutôt un drôle d’acronyme inventé par Lena Kitsopoulou: «Pas d’Embrouille, Tasse-toi, Unis-toi à la nuit, Lave tes péchés, Adiós.» C’est en fait la pilule qu’on avale pour en finir avec la vie. Car il y a de quoi bais­ser les bras et re­non­cer. L’auteure grecque écrit ce monolo­gue en 2009, alors que la crise ne fait que commencer dans son pays. Le désespoir des Grecs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion