Livres

Michel Layaz. En toute légèreté

L’écrivain romand sonde les failles familiales et une amitié naissante dans Sans Silke, qui allie grâce et inquiétude. On y retrouve la poésie rebelle qui fonde son œuvre.
Michel Layaz. En toute légèreté
«Ecrire, c’est ouvrir les yeux», dit l’auteur, dont les romans sont peuplés de personnages fantasques. DR
Littérature romande

Ludivine voudrait ­voler comme un oiseau, elle embrasse les arbres, enterre ses trésors entre leurs racines, pleine d’histoires et rayonnante de toute la fantaisie de ses 9 ans. Petite fille au nom de fée, elle vit dans une maison en lisière de forêt avec ses parents fusionnels. C’est par le regard de Silke, jeune étudiante engagée par la mère pour s’occuper de la fillette, qu’on découvre le trio formé par cette

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion