Solidarité

La Suisse prend son temps

Le texte de loi visant à introduire un devoir de vigilance en matière de droits humains à l’étranger pour les entreprises domiciliées en Suisse a été rejeté à Berne. Un contre-projet est à l’étude.
La Suisse prend son temps
Manifestation devant le siège de Vale à Saint-Prex (VD) le 30 janvier 2019, après la rupture du barrage minier qui a provoqué une catastrophe humaine et écologique au Brésil cinq jours plus tôt. KEYSTONE/Jean-Christophe Bott
Multinationales

Déposée à la Chancellerie fédérale en octobre 2016, l’initiative «Pour des multinationales responsables» séjourne encore dans les couloirs de l’Assemblée. Le texte de loi qui vise à introduire un devoir de vigilance en matière de droits humains à l’étranger pour les entreprises domiciliées en Suisse, et qui permettrait aux victimes de porter plainte dans notre pays, a été rejeté par le gouvernement et le Conseil national. Mais ce dernier a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion