Solidarité

Le «nouveau Zimbabwe» sent le soufre

Depuis deux semaines, le pays est secoué par sa plus grave vague de répression depuis 2008.
Le «nouveau Zimbabwe» sent le soufre
Le pays subit depuis le 14 janvier une contestation sociale à la suite de sa décision d’augmenter le prix du carburant de 150%. Keystone
Zimbabwe

Passages à tabac, détentions arbitraires, viols et répression des opposants: le Zimbabwe d’Emmerson Mnangagwa ressemble étrangement à celui de Robert Mugabe, destitué par un coup d’Etat militaire en 2017 après trente-sept ans de pouvoir. Vainqueur au premier tour (50,7%) d’une élection contestée l’été dernier, Mnangagwa subit depuis le 14 janvier une révolte sociale à la suite de sa décision d’augmenter le prix du carburant de 150%. Sur fond de crise économique,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion