Neuchâtel

Le torchon brûle entre la Ville et les Ateliers Phénix

La nomination de Jean-Jacques Wenger, sous le coup d’une procédure pénale, à la tête de l’association de réinsertion professionnelle met le Conseil communal hors de lui.
Une nomination qui fâche
Jean-Jacques Wenger est étroitement lié à l'affaire qui avait secoué la Société de navigation sur les lacs de Neuchâtel et Morat (LNM). KEYSTONE/ARCHIVES
Ville de Neuchâtel

«Les relations entre la Ville de Neuchâtel et le comité de l’association des Ateliers Phénix sont désormais entachées d’une rupture de confiance.» C’est par ces mots qu’a réagi mardi le Conseil communal à la décision de l’une des principales associations de réinsertion professionnelle du canton de Neuchâtel d’engager Jean-Jacques Wenger comme nouveau directeur. Un choix, révélé par RTN, qui a mis hors de lui l’exécutif neuchâtelois: Jean-Jacques Wenger est en

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion