Livres

A la jonction des luttes

Des jours meilleurs est un roman d’utopies désenchantées. Ou quand les causes héritées des seventies cristallisent les tensions entre un père et sa fille, sur fond de crise des subprimes.
A la jonction des luttes
Plongeant sa plume à la confluence du Rhône et de l'Arve, Marie Houriet fait du quartier genevois de la Jonction le terreau d'une éphémère utopie communautaire. GUILHEM VELUT
Roman

«Ma génération est celle des abrutis qui ont enterré le rêve de Mai 68, des ingrats qui ont galvaudé l’héritage des seventies. Des individualistes, des requins, des yuppies.» Les révolutions aboient, le temps passe. Et de nos pères nous recevons ces luttes héréditaires – utopies désenchantées, causes refroidies comme un brasier que Marie Houriet attise jusqu’à l’incendie dans Des jours meilleurs. On ne connaissait jusque-là que deux publications de cette

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion