Religions

«Un sens individuel et collectif»

A Noël, les Eglises ne chôment pas, tentant de restituer à la fête une dimension chrétienne volontiers engloutie par le consumérisme. Zoom sur le travail des aumôneries genevoises.
«Un sens individuel et collectif»
Aux images d’Epinal, les aumôneries répondent par des rencontres. DOMAINE PUBLIC
Diaconie

Toute l’année, les aumôneries assurent une présence et des célébrations dans les hôpitaux et les prisons, auprès des demandeurs d’asile et des personnes handicapées ou marginalisées. L’Eglise protestante consacre par exemple 15% de son budget de 12 millions de francs à l’entraide et au travail social. A Noël, qui célèbre l’incarnation du divin, cette activité est à son comble. Cette semaine, plusieurs centaines de personnes ont participé aux fêtes organisées par

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion