Arts plastiques

Revilliod, sacré mécène

Pour une fois, l’Ariana ne met pas la céramique au centre de son propos: elle rend hommage à l’étonnant Gustave Revilliod, fondateur du musée.
Revilliod, sacré mécène
Alexandre-Louis-Francois d’Albert-Durade, "Gustave Revilliod" (1863). Coll. MAH, Genève, legs G. Revilliod / photo André Schärer / Nancy Mérienne, "Ariane Revilliod, née De la Rive, à 40 ans" (vers 1831). Coll. MAH, Genève, legs G. Revilliod / photo Yves Siza
Genève

A l’heure de trouver un nom pour son musée, palais d’inspiration italienne, Gustave Revilliod (1817-1890) n’est pas allé chercher très loin: il a lorgné du côté de sa mère adorée, Ariane De la Rive. Normal et logique, car elle l’a toujours soutenu dans ses entreprises, notamment celles qui auront permis au collectionneur et voyageur invétéré de remplir ce qui deviendra le Musée Ariana, ouvert au public en 1884. Par une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion