Scène

«Désacraliser le théâtre»

Les thématiques sociétales inspirent le Grütli, à travers un éventail de formes artistiques, à 15 francs. Le point avec Barbara Giongo et Nataly Sugnaux Hernandez.
«Désacraliser le théâtre»
Pamina de Coulon dans son «essai parlé» 'Fire of Emotions: The Abyss'. DOROTHÉE THÉBERT FILLIGER
Genève

«On peut se rendre au Grütli comme on irait faire son jogging.» Un jogging intellectuel qui nourrit et incite à réfléchir sur le monde. Le duo de codirectrices Barbara Giongo et Nataly Sugnaux Hernandez a ouvert grand les portes de son théâtre genevois, rebaptisé Centre de production et de diffusion des arts vivants. Elles y programment leur saison tous les trois mois et proposent aussi des rendez-vous en journée le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion