Solidarité

Droits humains en perpétuel sursis

Pour l’Argentine Lucila Puyol, l’arrivée de Jair Bolsonaro le 1er janvier 2019 à la présidence du Brésil montre que les droits humains ne sont préservés que si l’on en mesure toute la fragilité.
Droits humains en perpétuel sursis 1
Les exactions commises par les militaires dans les favelas ne soulèvent aucune condamnation juridique ou sociale. Keystone
Brésil

A dix jours de l’investiture du nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, l’inquiétude grandit de voir cet ex-capitaine de l’armée, qui a fait campagne sur l’éloge de la dictature militaire de 1964-1985, appliquer son programme. Le politicien l’a dit et redit: son projet est de ramener, par tous les moyens, le pays «quarante à cinquante ans» en arrière. Durant la campagne, il s’est prononcé en faveur de la stérilisation forcée des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion