Solidarité

Kanaks contre le nickel

Depuis le XIXe siècle, l’industrie du nickel fait la pluie et le beau temps en Nouvelle-Calédonie, territoire français d’Océanie. Mais lassés par ses dégâts, des jeunes ont bloqué un site minier.
Kanaks contre le nickel
Près de Kouaoua, Grande Terre, les jeunes kanaks de la tribu de Méa se mobilisent depuis plus de deux mois contre l'exploitation de la mine de nickel. Marion Parent
Nouvelle-Calédonie

Plus on s’approche de la commune de Kouaoua, située sur la côte Est de la Nouvelle-Calédonie, plus la présence du site minier de Méa, ouvert en 1977, apparaît au grand jour. Alors que la végétation luxuriante semble impénétrable, entre néfliers et banians, ces arbres aux racines multiples, un sillon aérien métallique tranche le fragile équilibre de ce camaïeu de verts. C’est la «Serpentine», le deuxième plus grand convoyeur de minerai

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion