Culture

Du deuil et du désir féminin

Au Théâtre 2.21, à Lausanne, se donne Bernarda, une adaptation libre du drame de Federico García Lorca, où le décès d’un père condamne ses filles à un deuil de huit ans.
Du deuil et du désir féminin 2
Bernarda, première mise en scène de Giulia Belet, prend à bras-le-corps le discours antipaternaliste de Lorca. LORIS GOMBOSO
Théâtre

Un voile noir s’est posé sur le Théâtre 2.21, à Lausanne. Deux jeunes femmes au chagrin encore silencieux en accueillent les spectateurs, jusqu’au 16 décembre, dans l’austérité la plus sombre, leurs maigres soupirs pudiquement soulignés par une musique cristalline. Dans leurs vêtements couleur corbeau, ainsi que le veut l’usage du deuil qui s’annonce, Tamara Fischer et Clémence Mermet, toutes jeunes comédiennes fraîches émoulues de La Manufacture, s’amuseraient presque de voir ainsi

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion