Livres

Daoud, le corps et la plaie

Kamel Daoud a passé la nuit au musée, confrontant les visions érotiques de Picasso aux corps occultés du monde arabe. Rencontre avec un penseur engagé.
Daoud, le corps et la plaie
«Ma parole se situe entre deux mondes», affirme l’auteur de "Meursault, contre-enquête". PHILIPPE MATSAS
Essai

«Si j’ai écrit cet ouvrage, c’est pour mettre le doigt dans la plaie.» Ou plutôt brandir la lame de sa pensée, claire et tranchante, face aux voiles obscurantistes. Kamel Daoud est un occidentaliste militant, baroudeur enraciné dans son Algérie natale d’où il pourfend les dérives du monde musulman, regard tendu par-delà la Méditerranée. Issu de cette culture aux désirs occultés, il revendique son hérésie comme un humanisme. C’est peu dire

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion