Arts plastiques

La BIM soigne sa plastique

Vernie cette fin de semaine, la Biennale de l’image en mouvement se déploie en ­«environnements». Avec plusieurs perles, mais une générosité un brin à la baisse.
La BIM soigne sa plastique
L’installation de Kokrit Arunanondchai & Alex Gvojic, en films, décor et odeur doucereuse. MATHILDA OLMI
Genève

Ce qui frappe au troisième étage, c’est l’odeur. Un peu doucereuse, elle s’accorde plutôt bien avec les images tournées en Thaïlande, dans lesquelles se croisent une grand-mère cinglée ou l’épopée en mondovision des ados footballeurs coincés dans une grotte. Sombre, le sol est mou et accidenté, avec des dizaines de coquilles d’huîtres qui craquent sous nos pieds… Immersive et alignant les médiums, l’installation du duo thaïlando-étasunien Kokrit Arunanondchai & Alex Gvojic

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion