Cinéma

Une séparation en forêt

Triste mais pas désespéré, Leave No Trace, de Debra Granik, exprime une empathie pudique pour les oubliés du rêve américain.
Une séparation en forêt
PRAESENS FILM
Film

Il y a huit ans, on était ressorti estomaqué de Winter’s Bone, descente dans les enfers d’une communauté white trash vivant selon ses propres règles, où une adolescente partait à la recherche de son père disparu. Le film révélait une certaine Jennifer Lawrence dans le rôle principal et une réalisatrice dont on s’était promis de retenir le nom – Debra Granik. Elle réapparaît enfin avec Leave No Trace, abordant à nouveau

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion