Scène

«Boris» de bric et de broc

Au Théâtre des Nations, le Boris Godounov de Modeste Moussorgski ne convainc pas pleinement, en dépit d’une distribution vocale de belle qualité.
«Boris» de bric et de broc
Boris Godounov (Mikhail Petrenko) et le Chœur du Grand Théâtre de Genève. Carole Parodi
Opéra

Pour cette production, le Grand Théâtre a opté pour la première version de Boris Godounov, achevée par Modeste Moussorgski en 1869 sur la base de la tragédie homonyme de Pouchkine. Le comité de lecture des Théâtres impériaux avait alors refusé la partition à cause de ses manquements aux conventions opératiques de l’époque: nul ballet, pas l’ombre d’une intrigue amoureuse, et pas même de premier rôle féminin! Dans l’espoir de faire

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion