Genève

Les grévistes de Solidarités partent au PdT

Les quatre élus quittent leur parti faute d’avoir obtenu satisfaction. Maria Pérez saisira les prud’hommes, car la conciliation a échoué.
Les grévistes de Solidarités partent au PdT
Morten Gisselbaek, Ariane Arlotti, Tobia Schnebli, et Maria Pérez (de gauche à droite) démissionnent du mouvement pour rejoindre le Parti du Travail (PdT). JPDS
Crise politique

La grève de militance initiée fin avril par quatre conseillers municipaux de Solidarités prend fin: Maria Pérez, Tobia Schnebli, Ariane Arlotti et Morten Gisselbaek démissionnent du mouvement pour rejoindre le Parti du Travail (PdT). Un transfert qui doit leur permettre de demeurer au sein du groupe municipal Ensemble à Gauche (EàG) mais qui doit encore être avalisé par le comité directeur du PdT. «A priori, il n’y a aucune raison

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion