Scène

«Jala, la danse de l’eau» ou le péril du sacré

Jala, la danse de l’eau évoque le gaspillage d’une ressource sacrée. Rencontre avec Sujatha Venkatesh, grande figure du Bharata natyam, danse classique de l’Inde du Sud.
«Jala, la danse de l’eau» ou le péril du sacré 1
Quelques interprètes du spectacle dansé et chorégraphié par Sujatha Venkatesh. OMKARA
Danse

«Le manque d’eau est toujours problématique pour les femmes et pas pour les hommes car ce sont elles qui vont la chercher au puits», raconte Sujatha Venkatesh. Elle se souvient des étés passés dans la ferme de ses grands-parents, en Inde. Sa grand-mère y était très active et l’eau faisait souvent défaut. La danseuse et chorégraphe, directrice de l’école de danse indienne Omkara, basée à Genève – où elle vit depuis

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion