Scène

Gregory Stauffer chemine

A l’Arsenic, le danseur et performeur, qui travaille en résidence, continue de tracer son sillon, entre pensée, mouvement, philosophie et écologie.
Gregory Stauffer chemine
Gregory Stauffer. GWENAËL BOLOMEY
Arts vivants 

La marche, la nature et le rêve demeurent des territoires de résistance au capitalisme, racontait Gregory Stauffer à propos de sa pièce Dreams for the Dreamless, où le geste poétique revêt aussi une dimension politique forte. Le danseur et performeur l’avait créée l’an dernier, inspiré par son séjour en Finlande en 2016, où il faisait corps avec la nature scandinave, parcourant les immensités enneigées de longues heures durant. «Le sol

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion