Arts plastiques

Palerme se manifeste

La biennale nomade Manifesta s’invite dans le somptueux patrimoine décati de la ville métisse. Avec des œuvres très ancrées et politiques, qui parlent ­botanique, ­Méditerranée, migration ou malavita.
1
L’installation de l’artiste libanais Rayyane Tabet au Palazzo Aiutamicristo, référence au Trans-Arabian Pipeline. Isabella Paghera
Art

«Santa Rosalia, aprici i porti!» Mi-juillet, alors que le Tout-Palerme célèbre affectueusement la sainte protectrice de la ville, ­ermite du XIIe siècle aux reliques salvatrices – elles auraient préservé la cité de la peste en 1624 –, nombreux sont les habitants qui lui ­demandent une faveur: celle de rouvrir au plus vite les ports de Sicile, fermés aux ­migrants par le ministre Salvini. Un réflexe de bon sens qui sied plutôt bien à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion